Faire son site internet soi-même : une comédie en 5 actes

Faire son site internet soi-même : une comédie en 5 actes

En ces temps de troubles économiques, on cherche souvent le moyen de réduire les coûts. Voyons donc aujourd’hui comment réaliser tout seul avec ses p’tits doigts boudinés, un jolie site internet « gratis » (hors frais d’hébergement et d’achat de nom de domaine, ça va sans dire).

Partons du principe que vous avez une idée géniale pour ce site, que tout le contenu est déjà rédigé et qu’il n’y a plus qu’à montrer votre prose à la face du World Wide Web.

Acte 1 : apprendre des bonnes techniques d’architecture de site : avant de commencer quoi que ce soit, vous devez définir la structure, l’arborescence de votre site. Un site bien organisé sera facile à utiliser pour vos visiteurs et vous facilitera son évolution futur. Commencez donc par la « home » 😉 Certes c’est du bon sens commun, mais vous verrez, faites donc un petit tour sur Google en cherchant « arborescence site internet »… Vous verrez, c’est facile et vous serez un ingénieur en arborescence en moins de temps qu’il ne faut pour le dire.

Acte 2 : apprendre les bases du design : et oui, maintenant que vous savez comment organiser votre site, il va falloir le doter d’un look sympa, moderne, et qui le différencie de la concurrence. Les bases du design c’est ce que les étudiants apprennent au tout début de leur cursus, alors pour vous, ça va être une vraie partie de plaisir. Des notions comme les couleurs, les proportions… pffffuuutt, de la rigolade j’vous dis… Au pire, un p’tit tour sur Google et le tour sera joué. Bon une fois ces bases en tête, pensez à regarder aussi du côté du design des interfaces utilisateurs 😉 Bah oui, un site facile d’emploi est un véritable bonheur.

Acte 3 : apprendre Photoshop, Illustrator, Fireworks (Dreamweaver… et toute la panoplie) : Ces logiciels sont le premier choix des professionnels en matière de conception graphique pour site internet. Alors maintenant que vous êtes un expert en design vous aurez besoin de ces outils pour donner vie à votre concept. Là encore, un petit tour sur Google vous offrira des tonnes de tutoriaux et d’astuces utiles. Bientôt les courbes de béziers n’auront plus aucun secret pour vous 😀

Acte 4 : apprendre le HTML, les CSS et les autres standards du web : bon, maintenant que le design de votre site est en place, il faut lui donner vie et mettre un « tout petit peu » les mains dans le camboui. Mais heureusement, Google est votre ami et vous y trouverez toute une encyclopédie relative au codage. Vous serez bientôt un expert :p

Acte 5 : apprendre à faire des scripts PHP : de la rigolade, après avoir engloutie les bases du HTML et les CSS, ce n’est pas un peu de PHP qui va vous faire peur… Et puis, vous savez où trouver tout un tas de tutoriaux non ? Mais si, ayez le reflexe Google 😉 Et puis une fois que vous aurez enregistrer tout ça, il vous restera même peut-être un peu de temps pour reluquer du côté des outils de bloggeurs comme « Moveable Type » ou « WordPress », vous savez ces outils « open source » (comprenez « gratuit ») qui vous permettent de publier votre blog en 2 coups de cuillère à pot. Et vous voilà déjà presque familier avec les CMS…

Alors, elle est pas belle la vie ? Vous êtes maintenant en mesure de faire votre propre site internet en quelques minutes et tout ça simplement en ayant fait quelques recherches sur Google. Bon, je n’ai donné ici que les 5 actes principaux, mais il vous faudra aussi jeter un oeil (toujours sur Google) à quelques notions complémentaires comme les bases de données, le référencements, les FTP, les SSH, le Javascript, l’Ajax, le .htaccess, Flash et les actionscripts… Mais là encore, se sera une véritable partie de plaisir pour l’expert « es-google » que vous êtes maintenant.

Bref, ce petit article légèrement ironique pour dire que le DIY (Do It Yourself), c’est bien, que Google est le meilleur de l’homme, certes (mais n’en soyez pas si sûr), mais qu’il faut tout de même admettre que bien souvent, il s’agit de métier à part entière. Sous pretexte d’économiser quelques euros vous risquez au final d’en dépenser des centaines pour avoir tenter de faire par vous même en quelques heures ce que des professionnels ont mis des années à apprendre. Qu’il s’agisse d’un site internet, mais également de création de logotype, de documents professionnels… c’est la même chose. On ne le dira jamais assez, mais c’est un métier (plusieurs métiers en l’occurence). A bon entendeur !!

6 Comments

  • Olivgraphic

    Un très grand bravo ! Le conseil est gratuit ? Çà me fait penser à un client au téléphone il y a quelques jours : "J'ai essayé de bidouiller moi-même avec vos fichiers, mais c'est pas terrible. Si je vous demande de le faire bien, ça va me couter quelque chose, hein ?"
  • Phileas

    J'ajouterai juste une légère nuance à ton propos : Fireworks n'est pas absolument indispensable puisque Photoshop peut, moyennant un peu d'auto-formation (merci Google) complémentaires, prendre en charge une part de ses fonctionnalités. On peut donc s'épargner cette contrainte, s'il en était besoin vue la simplicité déjà déconcertante du processus que tu décrits.
  • admin

    @Oliv' : oui le conseil est gratuit, c'est évident, tout est gratuit de nos jours mon bon monsieur ;) @Phileas : certes, je plussois, j'aurais même pu rajouter dans cette liste des logiciels comme Gimp... Je donne des pistes pour "monsieur tout le monde", après encore une fois, Google est son ami ;)
  • mouais

    Faire des templates avec Artisteer, facturer une somme honteuse au client, et signer "designed by patricegabin.com" fait part de quel acte ?
  • Patrice GABIN

    Très cher MOUAIS, ma réponse à ton petit commentaire et ta petite accusation est ici : http://blog.patricegabin.com/archives/2141

Laisser un commentaire