Tagada tagada voilà les Daltons…

Tagada tagada voilà les Daltons…

Bon alors entendons-nous bien, quand je dis «tagada» je ne parle pas de mon «nabaztag» prénom» lui aussi «tagada», mais qui n’a rien à voir dans cette histoire. Laissez-moi plutôt vous conter l’aventure des Daltons, dans cette contrée sauvage qu’est le «FarLoiret». Les Daltons, après un début de carrière plutôt mouvementé avaient finalement décidé de faire un travail honnête et de fonder leur propre agence de communication. Une reconversion, vous en conviendrez, plutôt inattendue. Néanmoins, ce fut une réussite… jusqu’au jours où ils sont retombés dans leurs travers et où leurs vieux démons ont repris le dessus. C’était hier, lors d’une présentation face à un comité de direction. Tout commença pour le mieux, les agences passaient les unes après les autres, chacune y allant de sa recommandation, de sa présentation, maquettes à l’appui… L’ambiance était bonne enfant, même entre les «concurrents» d’un jour… Jusqu’au passage des Daltons. Là, sous les yeux hallucinés de la profession, eu lieu une mascarade tout à fait atypique. Joe et Averel Dalton prirent chacun une enveloppe Kraft et la donnèrent avec un sourire entendu à 2 des membres du comité de direction, lesquels arboraient un sourire légèrement plus contrit et évitaient soigneusement les regards des autres concurrents, ébahi, dans le fond de la salle. 1 heure plus tard, les Daltons remportaient le marché et rentraient tranquillement, en fil indienne, retrouver M’ma Dalton pour festoyer en l’honneur de ce petit méfait accompli de fort belle manière, tout en sobriété et délicatesse, au nez et à la barbe des autres participants. Ces derniers n’avaient de cesse de se poser LA question : mais que fait Lucky Luck ?? Et bien manifestement, il était en train de se faire enfiler par Jolly Jumper, avec une belle poignée de sable du Grand Canyon.

En dix ans d’activité, c’est la deuxième fois que j’assiste à ce genre de spectacle… Aucun doute possible, le brave Rantanplan de service sur ce coup-là, c’est moi… et mes confrères abusés !

P.S. : merci à @yo et @cloclo pour le titre de cette fable malheureusement bien réelle.

P.S.2 : une amie me rappelait néanmoins hier que «bien qu’immorales et sanctionnées par le droit pénal (abus de biens sociaux), les dépenses de backchichs sont déductibles fiscalement… les sommes versées doivent régulièrement être déclarées sur l’imprimé DAS-2»… elle est pas belle la vie pour les Daltons ?!!

4 Comments

  • johann lauthier

    je tiens à préciser que je ne suis à l'origine que du titre ! En aucun cas je ne pourrais être tenu pour responsable des propos légèrement zoophiles de la fin de l'article !!! En tout cas, pour avoir déjà assisté à la saillie d'une jument par un étalon, je pense qu'il doit y en avoir qui ont du mal à s'asseoir ce matin ;-) Plutôt que le phoning, tu devrais demander à ta stagiaire de préparer le bain de siège !!!
  • Patrice GABIN

    @johann : lol... oui enfin moi dans l'histoire je ne suis que Rantanplan hein... c'est Lucky Luck qui a mal au cul... ;)
  • l'épicier Normand

    Ah oui cela se passe comme cela dans la vrai vie ? Tout est pipé d'avance ? Triste monde ...
  • johann lauthier

    @l'épicier : je n'aurais pas utilisé le terme "pipé"... ;-)

Laisser un commentaire